Ce que nous sommes

Nous travaillons dans le même bureau, échangions des plaisanteries, allions parfois boire ensemble ; mais maintenant, dans mes bras, loin de notre lieu de travail, elle n’était plus qu’un bloc de chair tiède. Finalement, dans le cadre professionnel, nous nous contentions de remplir les rôles qui nous étaient attribués, pensai-je. Après avoir quitté la scène, nous n’étions plus, les uns comme les autres, que des blocs de chair pétris d’angoisses et de maladresse. Des morceaux de chair tiède dotés d’un squelette, d’un appareil digestif, d’un coeur, d’un cerveau et d’un sexe.

Haruki Murakami, Chronique de l’oiseau à ressort (ISBN 2-02-068625-2), p. 147

Ce contenu a été publié dans quote. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*