Poupées mécaniques

Telles des poupées mécaniques que l’on posait sur une table et dont on remontait le ressort, les êtres avançaient dans des directions qu’ils n’avaient pas choisies, accomplissaient des actes qu’ils n’avaient jamais souhaités.

Haruki Murakami, Chronique de l’oiseau à ressort (ISBN 2-02-068625-2), p. 728

Ce contenu a été publié dans quote. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*