Paralysie de l’esprit

Au bout d’un moment, je me sentis envahi par une sorte de paralysie de l’esprit dont j’étais devenu coutumiers : je comprenais de moins en moins ce que j’étais en train de chercher, et ce que je voulais faire ou ne pas faire de ma vie.

Haruki Murakami, Chronique de l’oiseau à ressort (ISBN 2-02-068625-2), p. 81

Ce contenu a été publié dans quote. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*