Mais puisque le malade lui, change bien de côté dans son lit, dans la vie, on a bien le droit aussi nous, de se chambarder d'un flanc sur l'autre, c'est tout ce qu'on peut faire et tout ce qu'on a trouvé comme défense contre son Destin. Faut pas espérer laisser sa peine nulle part. C'est comme une femme qui serait affreuse la Peine, et qu'on aurait épousée. Peut être est-ce mieux encore de finir par l'aimer un peu que de s'épuiser à la battre pendant la vie entière. Puisque c'est entendu qu'on ne peut pas l'estourbir ?

Voyage au bout de la nuit (ISBN 2070360284), p. 346, Louis-Ferdinand Céline

Ce contenu a été publié dans quote. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.