La grande fatigue de l'existence n'est peut-être en somme que cet énorme mal qu'on se donne pour demeurer vingt ans, quarante ans, davantage, raisonnable, pour ne pas être simplement, profondément soi-même, c'est-à-dire immonde, atroce, absurde. Cauchemar d'avoir à présenter toujours comme un petit idéal universel, sur-homme du matin au soir, le sous-homme claudicant qu'on nous a donné.

Voyage au bout de la nuit (ISBN 2070360284), p. 418, Louis-Ferdinand Céline

Ce contenu a été publié dans quote. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.