Avec les mots on ne se méfie jamais suffisamment, ils ont l'air de rien les mots, pas l'air de dangers bien sûr, plutôt de petits vents, de petits sons de bouche, ni chauds, ni froids, et facilement repris dès qu'ils arrivent par l'oreille par l'énorme ennui gris mou du cerveau. On ne se méfie pas d'eux des mots et le malheur arrive

Voyage au bout de la nuit (ISBN 2070360284), p. 487, Louis-Ferdinand Céline

Ce contenu a été publié dans quote. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.